Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2011

canal minus

Obligée de garder le lit  aujourd'hui, j'ai eu la mauvaise inspiration d'allumer la télé. Aux infos, des bribes de l'émission les Guignols...des dialogues censés être rigolos qui m'ont éveillée subitement, que dis-je, qui m'ont mis les nerfs en pelote.

J'assistais, impuissante, à la décadence morale des réalisateurs, à ces échanges, image fidèle de leur connerie et de leur mauvaise foi.

" -C'est pas sûr que le match va commencer.

- Pourquoi ?

- Tout simplement parce que quand l'arbitre va lancer la pièce dans l'air, c'est pas sûr qu'elle retombe par terre avec tous ces Roumains dans le coin. Avec mes excuses, mon petit Patrick, mais le sport national en Roumanie, c'est bien connu, c'est pas le football, c'est la mendicité.

- Tout à fait Thierry..."

" -Parlons plutôt de tactique. On doit jouer comment ce soir ?

-Tout ce que je sais, c'est qu'avec les Roumains il faut se méfier des contacts .

- Ah oui, ils jouent dur ?

- Non, ils ont des poux.

- Ah, mais vous êtes fou.

- Excusez-moi, mon petit Patrick, mais on aura beau dire, on aura beau faire, le Roumain n'est pas ami avec la douche. "

" Thierry, j'en ai une savoureuse. Tu sais comment dit-on "poubelle" en roumain ?

- ?

- Bucarest.

- Ah, ah, ah. "

Je me garde de faire d'autres commentaires par rapport à ce vomi sur mon pays et sur mes compatriotes. Mais je formule des pensées boris viannesques, san-antoniennes, béruriennes.

Patrick Poivre d'Arvor, le titre de ton bouquin "Petit homme" te sied à merveille !

J'aurais voulu vous parler d'amour, de la Bretagne, répondre à vos commentaires. Ce sera pour plus tard...

 

21:10 Publié dans humeurs | Lien permanent | Commentaires (21)

09/09/2011

cherche hymne désespérément

Il y a plus d'un an déjà que le gouvernement roumain et son meilleur allié, le FMI (tu sais, des gens qui se paient des chambres d'hôtel à 3000 euros, service y compris ! ) , ont diminué de 25% les salaires des budgetaires ( mais pas ceux des compagnies d'Etat, hein, on peut pas prendre le risque de fâcher la RATB, la SNCFR, la Poste ) tout en faisant passer la TVA de 19% à 24%. Tout cela sur fond de côte unique d'imposition, pauvres, riches, la clientèle politique doit préserver son pognon pour financer des magouilles..

"Désormais, la rigueur doit devenir un mode de vie" clamait le Président. Et les Roumains ankylosés, soumis, d'honorer leur maître de pensée, tels les chrétiens qui observent sans réchigner les commandements de Dieu.

Comme par miracle, malgré ces temps de disette, on a réussi à trouver de l'argent pour construire des patinoires !  et des stades avec des installations nocturnes dans des villlages dépeuplés, vu que la plupart des jeunes sont partis travailler à l'étranger.

Cette fièvre bâtisseuse à culminé avec la National Arena, stade inauguré avec pompe lors du match nul Roumanie-France. Nul sous tous rapports...

Coût du stade : 90 millions euros.

Coût du gazon maudit : 130 millions euros.

Je vous l'accorde, chers supporters, rien n'est trop cher pour vos idoles précieuses (entre nous, je trouve déjà  moyennageux d'avoir une idole, alors se prosterner devant un Dieu de stade...) qui touchent des salaires hallucinants...

Seulement voilà. Sous les yeux ébahis  des spectateurs, tel un vernis de mauvaise qualité étalé vite fait sur les ongles d'une ménagère qui veut se faire belle pour une soirée et qui se craquelle le lendemain, des morceaux de gazon se détachaient à chaque coup de pied. Seul avantage : cela a permis aux deux équipes de justifier leur échec.

Une fois de plus la perception de la Roumanie a été mise à mal et j'ai eu un pincement de coeur. Comme si notre image n'était pas suffisamment ternie à l'étranger par les rroms et les hackers !

Pour ceux qui connaissent le "fonctionnement" de la classe politique roumaine, impossible de ne pas penser à encore une histoire de magouilles et de détournement d'argent.

Impossible de ne pas penser aux temps de la dictature du "communisme à visage humain", où l'on accrochait des pommes aux branches lors du passage du Grand Chef. Où l'on plombait des trous à la va vite pour rapporter la fin des travaux à terme.

Pour donner encore plus de vraisemblance à ce retour en arrière, le grand artiste qui a interprété l'hymne national a modifié de son initiative les vers, afin d'éviter le prénom  de l'empereur "Traïan", le même que celui de notre président (mais porté sans gloire et sans panache). Il redoutait des huées dans le public...Il a donc répété trois fois la même strophe comme un disque tout égratigné.

Dans les années '80, la censure interdisait des pièces de Shakespeare, de Caragiale, car on y croyait deceler des références à Ceaușescu. Voilà que l'Artiste, ayant gardé les reflexes de son angoisse politique , s'autocensure.

Pour cette raison, plusieurs personnalités roumaines ont proposé de revenir à l'hymne d'avant 1989 : "Trois couleurs" . Le problème est que le jaune est désormais la couleur du PNL et le rouge celle du PSD !

A y réfléchir, pourquoi pas un hit de Inna, si prisée à l'étranger, hit dont beaucoup de Roumains (les footballeurs surtout) connaissent les paroles par coeur ?

 

 

09:30 Publié dans humeurs | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : football

06/09/2011

comme ci comme chat ?

IMGP0208.JPG

 
" Au début des âges, les chats habitaient le corps des humains. Ils étaient leur part de sauvagerie, leurs restes de jungle. Chaque fils de Dieu avait son chat à lui, qui était sa liberté, sa réserve d'insolence. D'où des comportements souvent inexplicables chez les hommes : des ronronnements alanguis au soleil, interrompus brutalement par des fuites éperdues, des abandons aux caresses entrecoupés de refus, de colères, de coups de griffe, de blessures cruelles, aussi profondes et longtemps infectées que la jalousie. Le chat voulant sans doute par là signifier à son hôte, l'homme, que rien n'est jamais acquis et que l'on doit veiller toujours, jusque dans le repos.
Cette cohabitation ne dura pas : l'homme aspirait à plus de calme et le chat à moins d'autosatisfaction, moins de flatulences après le repas, moins de roucoulements attendris avant le coït et moins de fierté grotesque après. Bref, incompatibilité d'humeur. Un beau jour, les chats abandonnèrent le corps des hommes sans pour autant quitter leur voisinage, dont ils avaient pris l'habitude. "
 
" Les chats sont des mots à fourrure. Comme les mots, ils rôdent autour des humains sans jamais se laisser apprivoiser. Il est aussi difficile de faire entrer un chat dans un panier, avant de prendre le train, que d'attraper dans sa mémoire le mot juste et le convaincre de prendre sa place sur la page blanche.
Mots et chats appartiennent à la race des insaisissables. " (Erik Orsenna- Deux étés)

28/07/2011

j'ai pris les Rennes

pour arpenter et apprivoiser la nouvelle ville de choix et d'accueil de ma fille.

J'ai donc troqué le jardin japonais contre le jardin du Thabor,

la Place du Capitole contre la Place du Parlement,

et je me suis mise en mode far.

Far away

far niente

far breton aux pruneaux. Celui de la fournée de Saint-Michel c'est mon préféré. Avec le flan au chocolat.

La baguette est meilleure chez Augustin. Et ses petis pains aux figues et au gingembre. Ils fleurent bon le froment.

De quoi fusiller des mois de galettes au son d'avoine et au fromage blanc 0%.

Mes sens ont, une fois de plus, fonctionné à fond.

Je n'ai pas eu le temps d'apprendre le nom des rues. Juste des enseignes par ci par là. Ce sera pour une autre fois. Il fallait du courage pour braver le vent et le crachin. Mais bon, à la fin on comprend qu'il ne faut pas sortir sans parka, sans parapluie, sans écharpe.

On peut même trouver un prétexte valable pour s'offrir de petits plats chez France Arno. Histoire de ripoliner la réalité sous un jour plus gai.

Bon, je n'ai même pas le temps de défaire mes bagages. Je m'apprête à repartir loin de l'écran, loin des connexions.

Je voulais juste vous remercier de vos passages, de vos commentaires, de toutes ces marques d'affection.

Je vous souhaite de bonnes vacances et vous donne rendez-vous à la rentrée.

 

 

22/06/2011

mathematical beauty

121326061617-cerveau-gauche-cerveau-droit-icone.jpgCe n'est plus un secret, il y a entre les films et moi un lien de cause à effet, certains me donnent la fringale, d'autres apaisent mon âme rebelle en la rendant soyeuse comme un galet poli par les marées, ou bien m'entraînent vers des rencontres imaginaires, dans un espace décalé...y' en a qui ravalent des regrets aussi tardifs qu'inopérants ou qui me remettent d'aplomb. Mais je n'aurais jamais imaginé qu'ils puissent, à retardement, me faire aimer les...maths ! Plutôt aimer l'idée de me plonger dans le monde des chiffres, des équations, des théorèmes, après avoir épousé celui des lettres.

L'autre jour, je regardais "Incendies"...enfin, façon de parler, car je m'interrompais à tout bout de champ pour googleïser... la conjecture de Syracuse, les sept ponts de Königsberg, l'identité d' Euler...bref, tout ce que l'on y évoquait, et me voilà en train de diviser par 2, de multiplier par 3 et additioner 1, afin de construire, à mon tour, des suites de nombres ascendents, descendants, à l'instar de la trajectoire d'une feuille emportée par le vent...je contemplais béatement "la plus belle formule mathématique de tous les temps" :   e^{i pi} +1 = 0 ,  dont la perfection rivalise avec un sonnet de Shakespeare... "Like a Shakespearean sonnet that captures the very essence of love, or a painting that brings out the beauty of the human form that is far more than just skin deep, Euler's Equation reaches down into the very depths of existence."

 ou bien  celle-ci   frac{a+b^n}{n} = xqui aurait permis à Euler de prouver à Diderot l'existence de Dieu...

Y aurait-il une formule infaillible qui prouve aussi l'existence du sentiment amoureux ? Difficile à croire, il y aurait trop de variables dans l'équation.

 Je me souviens avoir été assez bonne en maths, j'ai dû passer des examens très durs. Mais le prof du lycée, quelque brillant qu'il fût, n'a jamais enseigné avec cet enthousiasme censé contaminer les ouailles. Le dos toujours tourné vers nous, il se contentait de marmonner, avec une froide distinction, ses explications. Jamais je n'ai vu s'afficher sur son visage un sourire jubilatoire. Juste un q.e.d. griffonné automatiquement ce qui, peu à peu, a plombé mon élan. Aussi, en terminale, me suis-je installée en dernière rangée de bancs en désertant  postulats,  axiomes et corollaires voués à sommeiller à jamais dans un repli de ma mémoire. Qui sait ? Il nous aurait préservé des tortures qu'infligent parfois au cerveau la fièvre des calculs mathématiques. D'ailleurs, ne pense-t-on pas que les matheux sont un peu à coté de la plaque, borderline, avec leur esprit jamais en paix ? Le fardeau du génie ne doit pas être facile à porter.

Les maths...à quoi ça sert ? Une question que j'ai maintes fois posée autour de moi et à laquelle  on me répondait invariablement : " à structurer sa pensée" !

Personne ne m'a expliqué, comme dans "Good Will Hunting" qu'un théorème c'est comme une symphonie. Que c'est très érotique.

Que pour explorer les champs de bataille, dans quelque domaine que ce soit, il faut des mathématiciens qui, depuis le pays de leur solitude, s'ingénient à trouver des solutions à des problèmes qui s'avèrent parfois d'une complexité épuisante.

Hémisphère gauche, hémisphère droit, serions-nous héréditairement destinés à telle ou telle activité ? Ou bien les profs, tels des tuteurs plantés dans nos conscience, sont à même d'infléchir sur nos décisions en croyant en nous, même sans preuves immédiates, vérifiables ?

Les profs, mais aussi des êtres chers, qui nous enveloppent d' un amour à l'épreuve de tout. J'ai encore le frisson en me rappellant le discours de John Nash à la fin du film "A Beautiful Mind". Des mots offerts en cadeau à sa femme, seule île de son existence dont le sol n'a jamais foiré sous ses pieds :

" J'ai toujours cru aux nombres. Aux équations et aux arguments logiques qui mènent à la raison. Mais, après les avoir poursuivis pendant toute une vie, je me demande ce qui est vraiment logique. Qui décide ce qui est rationnel ? Mon voyage m'a porté dans le domaine physique. Dans le domaine métaphysique. A travers les illusions. Et j'ai fait la plus importante découverte de ma carrière. La plus importante découverte de ma vie.

Il n'y a que dans les équations mystérieuses de l'amour que l'on peut trouver une raison.

 Je suis ici grâce à toi.

Tu es la raison de mon existence. "

 

Je voulais vous parler d'Incendies. Un film touchant sur l'amour et la haine. Sur les ravages de la guerre, de l'intolérance, de l'incompréhension, des superstitions.

Mais j'ai, comme souvent, fait du coq à l'âme (vous avez l'habitude).  La prochaine fois je vous parlerai de Roméo et Juliette*. En attendant, je vous offre quelques cerises, minuscules parcelles, elles-aussi,  de perfection.  Le merveilleux est souvent à notre portée, c'est ce que toutes les théories ressassent, non ?

 

* je déconne...

incendies,maths,good will hunting,a beautiful mind

 

 

08/06/2011

coup de pub ?

Mais...c'est quoi cette pub pour l'arrêt du tabac placée au milieu de ma note précédente et qui passe en boucle ? Vous la voyez aussi ?

 

07/06/2011

la saison de la jupe

Je suis à cran, je rouscaille, je file en pétard ( merci Bob, le dico de l'argot ), je renaude contre la décision des surveillantes de punir les deux puces pour l'insolence d'avoir porté une jupe !

"Cachez ce genou qu’on ne saurait voir. C’est pour avoir porté une jupe jugée trop courte que Lola et Maïa, des jumelles scolarisées en 6e au collège Gérard-Philipe de Villeparisis (Seine-et-Marne), ont eu maille à partir avec les surveillantes qui considéraient que leur tenue ne correspondait pas avec le règlement de l’établissement public.

La semaine dernière, Lola, vêtue d’une jupe en jean arrivant au-dessus du genou, n’a donc pas échappé à la sanction instituée par la principale : porter une blouse pour cacher ses jambes. "

Dis donc, quel culot !

http://www.leparisien.fr/societe/punies-a-cause-de-leurs-jupes-trop-courtes-01-06-2011-1475605.php?xtor=EREC-109

JS en parle aussi à sa façon sur son blog, d'ailleurs je te remercie JS de piocher dans la réalité des sujets contrariants.

Car j'ignorais qu'après la cigarette, c'était le tour de la jupette. Apparemment, elle ne convient plus au sérieux des institutions où l'on s'insurge contre  la décadence et la provocation ! Il semble qu'aujourd'hui on ne doit plus soigner son image pour soi-même, mais plutôt pour les autres, qui nous jugent sur les apparences.

J'ai passé toute ma scolarité en uniforme. Bleu au collège, noir au lycée, avec des tresses, des rubans blancs, un bandeau en plastique qui faisait brûler nos oreilles au bout d'une demi-heure. Enregistrées, numérotés, sur la poitrine, sur la chemise (faut que je retrouve une photo pour vous montrer l'horreur).

Plus tard, en tant que prof, on m'avait interdit le pantalon, même si je parcourais chaque jour 20 km et que je devais changer de bus en plein champ...

Je ne vais donc pas adopter le nouveau dress code, d'ailleurs, heureusement, il n'en est pas question chez nous.

C'est l'été.

La saison de la féminité triomphante, du colour block, de la liberty chérie, de la jovialité d'une jupe chamarrée, alors on va fleurir nos armoires et nos guiboles,  histoire d'échauffer le fiel des hypocrites et leur minable imagination.

Avec, en prime, une photo de mes élèves...

 

IMG_0561.JPG

Et même la prof s'y colle. Scandaleux !

IMG_0549.JPG

J'oubliais : gratin de légumes for dinner. Tout se bouscule dans mon assiette aussi : )

IMG_0526.JPG

 

31/05/2011

café diem !

IMG_0502.JPG

" Une vie d'homme coule rarement de la source à l'estuaire sans rencontrer une fois l'Occasion. L'Occasion se présente souvent, elle profite quelquefois. Il en est qui, voyant s'approcher cette femme dont les cheveux masquent le visage, oublient de saisir l'unique mèche qu'elle a derrière la tête, et manquent l'Occasion. Il en est d'autres, plus aguerris, qui savent s'en rendre maîtres : l'Occasion les comble de ses dons. " ( Olivier Bleys- Pastel )  

Le temps me nargue... bac, brevet des collèges, copies, formations. Mes accus sont un peu déchargés et je roule sur la jante. Juste quelques jours pour que je bricole des émotions, des sensations et je vous reviendrai  : )

12/05/2011

des perles et des talons hauts

Je l'avoue, j'éprouve une honte cuisante par rapport à cette quasi-désertion virtuelle, mais le fait est que, à part le travail, je mène dernièrement une vie plutôt végétative. Le temps fait la gueule, nous inflige des températures insupportablement basses et je me suis engourdie dans la torpeur, dans les films sous la couette, les lectures et...la cuisine !

Alors je prends le calice et je m'empresse de vous donner quelques nouvelles, avant que les commentaires de harfang ne deviennent comminatoires. Au risque que la note fourmille de fadaises. Cette heureuse inspiration qui, heureusement, vous tourmente toujours, me faut défaut pour l'instant.

Quoi de neuf, donc ?

Une ancienne élève, étudiante en droit en Suisse, m'a gentiment offert son cours de "Stylistique". Le cadeau envénimé ! On le feuillette et on bloque. Car il incite à utiliser un langage élégant, châtié, qui soit lumineux pour l'esprit et caressant pour l'oreille. Finis les termes "incolores et vagues" tels être, avoir, faire, dire, mettre, pouvoir, vouloir, chose, hommes, gens, ceci, cela...Finie l'insouciance de l'écriture ! Paufiner, paufiner, au risque de supprimer le bon grain et laisser l'ivraie, de remplacer une banalité par un poncif, ajouter des mots là où il faudrait en retrancher. Les phrases s'embrouillent, se surchargent, et moi, malheureuse, pour prix de mes sueurs, ne réussis qu'à empirer mes élucubrations.

Je comprends mieux à présent le regard ahuri des élèves sur les annotations semées en marge des copies par certains profs : lourd, plat, commun, impropre. Qu'est-ce à dire ? Quels mots déposer dans un alambic torve afin de distiller une phrase reconstruite de toutes pièces ? Mystère...

Le problème avec les bouquins et les films est qu'ils donnent la fringale. Et me font remonter aux lectures de l'enfance, parsemés de pots de confitures et de sorbets, de festins exotiques, de baklavas aux amandes et de "cataïfs" à la pistache... Le pain, fromage, olives d'Alexis Zorba ou bien les tartines de pain grillé dégoulinant de miel dans "Les grandes espérances".

Et les films donc ? Qui peut résister à l'appel des sens devant l'assiette de spaghettis de Julia Roberts dans "Eat, pray, love ? " Même ma  fille qui n'est pas gourmande m'a avoué avoir commandé pendant deux semaines des raviolis faits main après le visionnement.

Et les cailles en sarcophage ?

 Le verre de ice tea offert par M.Streep à Clint Eastwood égaré par chez elle, verre dans lequel on entend déjà sonner le tintamarre du désir ?

Le strudel du colonel Landa dans "Inglorious Basterds" qui le dévore après l'avoir généreusement enduit de crème chantilly devant mex yeux brillant de convoitise comme des escarboucles. 

La potée au chou dans les "Valseuses" (je crois), m'a donné le tournis. Et puis le pain. Cet énorme pain que je serais capable de manger toute seule et qui doit sentir bon la campagne et la main durcie de celui qui l'a pétri...

( si vous avez envie d'en préparer, faites, comme d'habitude, un tour chez tifenn :

http://senourrir.wordpress.com/2011/05/10/le-pain-quotidien/ )

 Vous imaginez ? Une tranche de ce pain grillé qui servira à préparer des "bruschetta with heirloom tomatoes" comme dans "Julie and Julia" ? Avec les deux, j'ai commencé à frétiller à l'idée de faire la cuisine avec plus de dévouement.

Seulement voilà.  Je possède les couteaux, des escarpins à talons vertigineux aussi, mais il me manque le collier de perles, ingrédient essentiel, il paraît, pour préparer le " canard farci enrobé de pâte" (dans une traduction approximative).

Pensez-vous que mon collier en perles de culture gris anthracite puisse agir sur la réussite du plat ?

Sinon, il devrait patienter jusqu'à ce qu'un Mécène me pare de cet accessoire incontournable. Tant pis, de toute façon les épaules ne sont pas prêts non plus à se découvrir histoire de me conférer une allure aboutie...

 

 

 

18/04/2011

vacances !

Quelques jours loin de l'écran... à bientôt !

 

04:54 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : dire straits